Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Ménages et gaspillages

L’utilisation des emballages plastiques n’aide pas forcément les ménages à réduire le gaspillage alimentaire. Les habitudes alimentaires, les comportements d’achat tout comme le fait de savoir préparer et conserver correctement des aliments à la maison, peuvent être plus efficaces et moins gaspilleurs que le simple ajout de plastiques à usage unique sur les aliments. Pour la plupart des produits, les emballages réutilisables et les méthodes traditionnelles de conservation domestique des aliments peuvent satisfaire toutes les fonctionnalités des emballages plastiques à usage unique. L’étude des risques sanitaire relatifs aux matériaux de contact reste un point aveugle important, alors que les matériaux permanents (comme le verre et les métaux) présentent des avantages évidents pour l’emballage alimentaire. Avec 47 millions de tonnes par an, soit 53 % des déchets, les ménages représentent le secteur qui contribue le plus au gaspillage alimentaire dans l’Europe des 28. Néanmoins, nombreux sont les facteurs de gaspillage liés à des pratiques en amont de la chaîne d’approvisionnement. Ces facteurs sont : • de mauvaises conditions de stockage ou une utilisation inadaptée des emballages provoquant la détérioration du produit ; • une mauvaise conception de l’emballage entraînant des résidus ; • une application incorrecte des dates ; • le faible prix des aliments par rapport aux revenus ; • le comportement des consommateurs – préférence pour la variété ; • les recommandations nutritionnelles (manque d’information sur les aliments) ; • les infrastructures municipales de collecte des déchets. L’abondance et la faiblesse du prix des aliments en Europe, illustrée par les niveaux relativement faibles des dépenses des ménages pour l’alimentation, sont étroitement liées au gaspillage alimentaire des ménages et facilitent, sans aucun doute, son acceptabilité sociale. L’effet cumulatif de ce gaspillage représente cependant une charge importante pour les consommateurs, estimée à environ 200 € par personne et par an. La diminution de la taille des ménages et le vieillissement des populations sont aussi des facteurs d’accroissement des déchets alimentaires domestiques. On estime que les foyers composés d’une seule personne gaspillent 43 % de plus par personne que des ménages plus importants (54). Si les méthodes améliorant la conservation des aliments et utilisant des emballages peuvent réduire le gaspillage alimentaire, la majorité des recherches sur les emballages alimentaires considèrent qu’en allongeant la durée de conservation des produits, on réduit inévitablement le gaspillage alimentaire. Dans les faits, l’allongement de la durée de conservation des produits agrandit la fenêtre durant laquelle un article alimentaire peut être mangé, ce qui dans le cadre d’un ménage avec un réfrigérateur constamment trop rempli ne réduira pas le gaspillage alimentaire. Il est souvent fait référence au fait que le film plastique qui emballe un concombre peut allonger la durée de conservation de 5 à 15 jours par rapport à des légumes non emballés, mais cela ne nous dit rien sur le comportement du consommateur ni sur les impacts sur la valeur nutritive et le goût. Une étude estimait que, chaque année, plus d’un quart des déchets alimentaires évitables étaient jetés dans leur emballage, ouvert ou fermé peut allonger la durée de conservation de 5 à 15 jours par rapport à des légumes non emballés, mais cela ne nous dit rien sur le comportement du consommateur ni sur les impacts sur la valeur nutritive et le goût. Une étude estimait que, chaque année, plus d’un quart des déchets alimentaires évitables étaient jetés dans leur emballage, ouvert ou fermé.

Les commentaires sont fermés.